La Normandie et une frange

Respirer.

Il m’aura fallu trois jours pour à nouveau inspirer à pleins poumons. Nous sommes parties en Normandie pour nous reposer. Nous avions besoin de respirer, simplement. Nous désirions changer d’air, nécessairement. Et voilà qu’en arrivant sur place je n’ai pas eu le bonheur de retrouver l’odeur des embruns et du sel marin. Mon odorat était comme bloqué par le stress et la pollution Parisienne. Je ne sentais rien. Comme si j’avais cesser de respirer.

Tant pis pour moi, cela ne devait malgré tout pas m’empêcher de passer un bon séjour. Et j’ai compensé l’odorat par le goût, en mangeant jusqu’à faire exploser mon ventre, mais aussi par la vue. L’hiver en Normandie vaut tout autant le détour que l’été, si ce n’est plus. Il n’y a pas de touristes, pas de vacanciers. La plage est calme, l’air est doux, il y a de la place dans les restaurants, on peut se garer facilement à Honfleur et flâner dans les rues sans être ensevelies par la masse qui avance.

Je pourrais vous parler encore et encore de la lumière, si particulière et énergisante. Il y a ce petit plus en Normandie, je ne cesserais jamais de le répéter. Ce quelque chose de différent qui a attiré l’œil de tant d’artistes. Là-bas, vous êtes comme portés ailleurs, vous dormez merveilleusement bien et tout est calme autour de vous. Personne n’est pressé par le temps et vous en oubliez votre montre.

dsc_1206-copiedsc_1210dsc_1207-copiedsc_1172dsc_1205-copiedsc_1076dsc_1204

J‘ai profité de ce séjour pour enfin teindre à nouveau mes cheveux, adieux le blond j’ai décidé de retrouvé ma couleur naturelle. Un châtain clair ou blond foncé, comme vous préférez. Foutue pour foutue je me suis enfin décidé à couper cette frange qui me fait tant envie depuis des mois. Et me voilà nouvelle personne. Prête à passer au travers de ce nouveau semestre qui défile déjà à toute vitesse.

Le dernier jour, nous sommes parties regarder le coucher du soleil sur la plage. C’est un peu notre rituel. Nous n’étions pas pieds nus dans le sable, mais ce fut un merveilleux spectacle et, incroyablement, l’air marin a retrouvé le chemin de mes poumons et j’ai enfin pu respirer pleinement. J’avais de nouveau l’impression que l’oxygène emplissait mes poumons et c’était merveilleux.

Trois jours, il m’aura fallu trois jours pour lâcher prise et retrouver ces odeurs d’océan que j’aime tant. C’est fou comme changer d’air m’aide à renaître.

dsc_1175dsc_1150dsc_1168dsc_0012

Des pensées salées,

signature

Deux journées à Londres

Partir à Londres.

dsc_0103

Nous étions portées par ce besoin irrésistible de changer d’air, de ne pas rester statiques. Se perdre dans la ville à la fin de l’automne. Arpenter les rues depuis Oxford street jusque Notting Hill, en passant par Buckingham Palace et Soho. Découvrir Londres à pieds, en oublier sa montre et suivre simplement ses intuitions. Nous avons la fâcheuse tendance à partir sans rien prévoir, ainsi nous avons décidé de nos visites au jour le jour. Le temps était doux, il n’y avait pas tant de monde, nous étions bien.

A la toute fin du mois d’octobre, nous nous attendions à trouver des citrouilles et des déguisements d’Halloween à tous les coins de rues mais non, à Londres à cette époque de l’année, noël était déjà là.

Arrivées aux aurores, après avoir déposé nos bagages à l’hôtel, nous sommes aussitôt parties à l’assaut de la ville en entamant notre périple par Oxford street ( en passant, je l’avoue, par Primark et Forever 21.. L’avantage d’y aller le matin c’est qu’on a la boutique pour nous!). Au détour des rues, nous avons pu déguster une pizza, en plein cœur du quartier de Soho, pour marcher ensuite jusqu’à Chinatown puis jusque Piccadilly Circus. Nous avons achevé notre première journée devant le Saint James Park, qui nous a offert un très joli couché de soleil. Autant vous dire que le soir, nos jambes étaient en compote et nous n’avions plus trop le courage de sortir.

dsc_0005dsc_0086dsc_1642dsc_0049dsc_0074dsc_1631dsc_0023dsc_1636dsc_0010csc_0139csc_0138

Je voulais absolument profiter de notre séjour pour découvrir la collection de tableaux de William Turner à la Tate Britain. Cet artiste était mon coup de foudre de l’année passée et j’en ai encore des étoiles pleins les yeux d’avoir pu voir ses toiles « pour de vrai ». L’art de Turner est touchant, et j’ai été frappée par la douceur de ses aquarelles et par le merveilleux remous de ses toiles.

csc_0268dsc_0192csc_0269

A 11h, nous avons assisté à la relève de la garde au Buckingham Palace. Un véritable enfer animé par une foule monstrueuse qui m’a empêché de profiter du moment. Nous avons pris le premier taxi que nous pouvions pour fuir cette masse humaine écrasante et nous nous sommes rendues à Notting Hill, qui est très vite monté dans mes endroits favoris Londonien. Le quartier est incroyable, tout peuplé de librairies et d’antiquaires. Les façades sont colorées, on peut facilement trouver à manger pour peu cher et la ballade vaut le détour. Allez y les yeux fermés.

Puis ce fut déjà l’heure de rentrer.

dsc_0237csc_0266csc_0267DSC_0262.JPGdsc_0257dsc_0247dsc_0244dsc_0261

Londres fut ma dernière escapade de 2016: une courte entracte en plein milieu de mon semestre qui m’a permis à nouveau de respirer et de souffler. C’est fou comme découvrir le monde m’anime. Parfois j’aimerais ne faire que ça. Prendre mon sac à dos et devenir une véritable globe trotteuse. Pourtant, cette période de noël me rappelle à quel point il est doux d’avoir un chez soi et des proches sur qui compter.

Nous arrivons à la toute fin de cette année. Je vous retrouve la semaine prochaine pour mon traditionnel petit article bilan. J’aurais été peu présente ces derniers mois, je n’ai pas pu écrire tout ce que j’aurais voulu et j’ai ainsi beaucoup de choses à vous dire. En attendant prenez soin des vôtres et de vous-même et n’abusez pas trop des bûches de noël!

Tendrement,

signature

bonus!

Petite vidéo de notre séjour!

De ces rêves devenus réalité, mon voyage à Venise.

Pendant que tout le monde ne vit que pour la rentrée, moi j’ai laissé mon cœur en Italie, à Venise.

dsc_0590

Venise, ce fut d’abord un rêve lointain, une chimère, une idée vaine, une photo google accrochée sur le mur de ma chambre. Je n’en connaissais rien d’autre que ce qu’on en dit. Puis, c’est devenu un projet, un voyage à faire, un mot dans une liste, une idée fixe. Est venue ensuite la réservation, à la dernière minute, sur un coup de tête.

« Et si on partait? Si on y allait? Et si on retournait en Italie? »

Nous avons passé cinq jours là bas, sac à dos sur les épaules, avec nos seuls pieds pour moyen de transport. C’était merveilleux. Loin des recommandations de tous guides de voyage, nous sommes parties en plein mois d’août, en espérant ne pas rencontrer trop de monde. Malheureusement, la foule était bien là, gigantesque, et nous avons bien failli nous noyer dedans à plusieurs reprises.. Qu’à cela ne tienne, nous sommes sorties des sentiers battus et nous avons décidé de découvrir Venise loin de ses monuments touristiques. Et sinon, nous les visitions aux heures du midi ou tôt le matin. Ainsi nous avons découvert une Venise secrète et discrète, qui renferme des détails par millier. Chaque façade, chaque poignée de porte, boîte aux lettres, habitation, et pont cachent un détail, une histoire, une anecdote à raconter. Et tout est beau, c’est incroyable comme cette ville peut être belle, sans voiture, sans nuisances sonores. Parfois, au détour d’une rue, nous pouvions entendre une cantatrice chanter à pleins poumons. En cherchant un peu, nous avons pu voir un souffleur de verre en pleine action. Et le canal, omniprésent, prend des teintes rêveuses aux différentes heures du jour et de la nuit.

Venise tu étais magique, splendide et grandiose. J’ai eu l’impression de rêver en flânant dans tes ruelles. Je n’ai pas eu peur de me perdre car tu es sécurisante. Tu es tendresse, tu es douceur réconfortante et chaleureuse. Et tu berces mon cœur à tout jamais.

Je crois bien que j’ai oublié mon cœur en Italie cet été. Et je ne suis plus sure de vouloir le récupérer.

dsc_0691dsc_0359dsc_0342dsc_0583dsc_0341dsc_0501

dsc_0317dsc_0332dsc_0461dsc_0469

dsc_0437dsc_0649

dsc_0306dsc_0305

csc_0692dsc_0839dsc_0701dsc_0670dsc_0721dsc_0725dsc_0733

dsc_0736

dsc_0479

Il m’aura fallu un peu de temps pour retrouver un bon rythme scolaire et salarié. Maintenant que j’ai repris mes marques, je peux revenir vers vous sereinement et vous écrire tout ce que j’aimerais vous dire. Et j’ai beaucoup de choses à vous dire! Cette semaine, je vous emmène donc à Venise puis nous reposerons nos pieds en France, j’espère que vous vous portez au mieux et que vous aimerez venir me lire à nouveau. ♥

Tendrement,

signature

dsc_0380

Sept jours en quatre minutes

Sept jours, six nuits et tant d’heures passées à flâner dans les rues de Turin. Nous partions avec nos appareils photos autour du cou et nos carnets de dessins dans le dos. Chaque journée nous offrait une expérience différente de la ville.

Uniques instants inoubliables. Douceur d’été entre copines.

J‘ai capturé un peu de tout ça: quelques secondes par-ci par-là. Et tout mis bout à bout, on obtient un petit aperçu de notre semaine. On accède à sept jours en quatre minutes. La vidéo n’est malheureusement pas disponible sur mobile, si vous désirez la voir il faudra vous munir d’un ordinateur. C’est imparfait, parfois ma main tremblote un peu mais, quand je regarde cette vidéo, j’ai ce pincement au cœur qui me rappelle que tout ça est bien réel. Alors voulez-vous partir un peu avec nous? Trois, deux,un, PARTEZ !

En bonus, quelques autres petit bouts d’images.

P1080264P1080271P1080455dsc_0130dsc_1411P1080344P1080362P1080436dsc_1389dsc_0223

P1080134

J’espère de tout cœur que votre reprise se passe au mieux, de mon côté tout va bien. Je reprend petit à petit le rythme scolaire.

Je pense fort à vous,

signature

P1080131

With love and chocolate ♥

A la rencontre de Turin

Turin,

Jolie Italienne oubliée. Tu vis écrasée dans l’ombre de tes sœurs. Discrète, tu n’as pourtant rien à leur envier.

Suite aux nombreux retours négatifs que j’ai pu récolter à ton sujet, j’étais d’abord inquiète de faire ta rencontre. Je suis quand même venue. Turin, tu auras été douceur et nuages blancs. Tu auras été clarté et insouciance. Turin tu m’as redonné le goût de vivre. Tu auras été ma renaissance ainsi que mon plus beau coup de foudre, à travers toi j’ai fait mes premiers pas en Italie, et désormais je ne vis plus que pour retourner là bas. Tout dans ton pays me passionne.

Je t’ai rencontré accompagnée d’une de mes personnes préférées sur terre: mon amie Anne (qui apparaissait déjà ici et ici). C’était mon tout premier véritable voyage autonome. Certes il y avait eu Lille auparavant, mais là je quittais carrément le territoire Français.

Après 6 heures de TGV, nous pouvions enfin fouler tes pavés. Le premier soir, tu nous as perdu mais dès le lendemain (une carte en main), nous sommes parties à ta conquête. Nous t’avons sillonné en long, en large et en travers: des plus étroites ruelles, jusqu’à l’immensité des collines. Et je garderais toujours de toi cette merveilleuse image du panorama qu’on pouvait avoir de là haut. Turin, jolie petite ville bercée par les montagnes.

Tu es une ville vraie, qui ne ment pas. Tu ne cherches pas à arnaquer le touriste, tu n’as pas besoin de lui pour évoluer. Tu es authentique. Chez toi les pâtes et le prosecco ont un vrai goût d’Italie, les joueurs d’accordéon nous font tombés dans le plus grand des stéréotypes et chaque détails, chaque bâtiment que tu renfermes vaut la peine d’être visité.

DSC_1336DSC_1375DSC_0153DSC_0151DSC_0123DSC_0080P1080096P1080091DSC_0061DSC_0063DSC_0093

à découvrir

  • Le Musée du cinéma : (pour petits et grands) une grande visite au cœur du cinéma vous fait découvrir l’avancée de celui-ci de sa création jusqu’à aujourd’hui. Ça vaut vraiment le coup d’œil!! Et s’il vous reste du temps, vous pouvez monter tout en haut du « Mole Antonelliana » grâce à un ascenseur de verre ( et ça donne une jolie  vue de Turin ).
  • Le Musée Egyptien : Une des plus grandes collection sur l’Égypte au monde. Prévoir une bonne partie de l’après-midi, le musée est immense! ( 15 euros l’entrée tout de même).
  • Le Palazzo Reale, au coeur de la Piazza Castello. Un billet pour 5 visites ( le palais, grandiose; la bibliothèque royale; la galerie Sabauda qui renferme quantité d’œuvres principalement du moyen age et de la renaissance Italienne; le musée archéologique ainsi que l’armurerie)
  • La Villa della Regina, sans doute le monument qui m’a le plus touché. C’est une magnifique villa perchée en haut des collines Turinoise. L’entrée est gratuite, le parc est sublime et offre une vue de la ville à couper le souffle.
  • N’hésitez pas à vous perdre dans Turin, vous pourrez découvrir des petites places adorables. Passez évidemment par la via Roma et la via Garibaldi (qui offrent de magnifiques arcades). N’hésitez pas également à longer le Po! Il vous conduira jusqu’au parc Valentino. Immense, il offre une véritable bouffée d’oxygène et renferme de nombreuses visites surprises.
  • Si vous voulez déguster une des meilleures glace de la ville: direction la gelateria Vanilla.
  • N’hésitez pas à tenter le concept de « l’aperitivo », servi entre 18h et 20h. Vous pouvez choisir un verre de vin et il vous sera servi accompagné d’un plateau rempli à souhait: de quoi remplacer un repas! ( pour 8 euros environ )

DSC_0255DSC_1434DSC_1462DSC_0042DSC_1520DSC_0039DSC_0037DSC_0032DSC_1483DSC_0033DSC_1542

Turin, je garde de toi un souvenir éternel. Et désormais c’est toute l’Italie qui me tend les bras.

Et vous, connaissez vous l’Italie?

Des bisous pétillants,

signature

DSC_1327

vue du petit studio qu’on louait au 4ème étage

Jolie jolie Normandie

DSC_0743

Mon mois de juillet s’est teinté de douceur dès mon arrivée en Normandie. J’ai eu la chance de retrouver cette région sous le soleil et j’ai pu l’apprécier à sa juste valeur. J’ai ainsi découvert: Trouville et sa lumière hors du commun, berceau de nombreux écrits de Marguerite Duras, Deauville et ses fameuses planches et Honfleur que j’avais déjà rencontré il y a deux ans en compagnie de mon amie Anne .

Tout là-bas m’a fasciné. Découvrir la Normandie ensoleillée m’a simplement permis de comprendre le comment du pourquoi elle a tant attiré les artistes, et surtout les impressionnistes. Cette région possède un charme fou et quiconque y met les pieds, projette d’y retourner: pour les maisons en colombages, pour la mer calme et les jolies plages, pour les phares emblématiques et pour la lumière, douce et merveilleuse. C’est une région qui attire, qui envoûte, qui repose, qui reconstruit les âmes abîmées. A deux heures de train de Paris, la Normandie se dévoile comme une parenthèse inespérée et tout à fait inattendue. Un petit univers à part, dans lequel tout voyageur un peu égaré peu retrouver son chemin.

Je logeais à Trouville, ville dans laquelle les rues jouent aux montagnes russes, dans une maison de pêcheur non loin du port. Le calme qui régnait dans cette maison m’est apparut comme une bulle d’air au cœur de l’océan. Lorsque le temps laissait à désirer, nous prenions la voiture, traversions la côte fleurie et visitions les alentours. Lorsqu’il faisait plus beau nous profitions des plages et marchions jusque Deauville, en inspirant l’air marin à pleins poumons. Le soir, nous retournions sur la plage pour le coucher de soleil. Une fois la nuit tombée, la ville se couvrait d’autres couleurs et le temps semblait faire une pause.

C‘est ainsi que mon été a débuté: sous le soleil de Normandie. Et n’en déplaise aux pessimistes: cette région à bien des choses à offrir, au delà de la pluie et du vent. la Normandie est inspirante et revigorante.

DSC_1278DSC_1274DSC_1323DSC_0731DSC_0736DSC_0739DSC_0747DSC_0943DSC_0924DSC_0757DSC_0932

Me voilà de retour de mes périples estivaux. Je suis reposée et éprise de nouvelles envies. Je suis revenue pleine d’images et de mots, peut-être cela signe-t’il mon retour définitif ici! Depuis quelques temps, je manquais d’envie, j’avais perdu le goût pour tout ce qui me plaisait et écrire ici aurait fini par me faire passer pour une personne morne et sans lueur. Ce que je ne voulais pas. J’avais besoin de temps, et je l’ai eu. Après ce long moment de silence, de marche au ralentie, j’ai l’impression enfin d’avoir retrouvé ce petit plus qui te donne envie de te lever le matin. Le plus dur est de retrouver l’élément pour enclencher le moteur. Mes mots sont un peu rouillés mais je suis heureuse d’enfin revenir ici.

Et j’ai déjà hâte de vous retrouver,

signature

DSC_1192DSC_1211DSC_1186

Et toi, comment s’est passé ton mois de Juillet?

Disney, 1 mois après

Je me suis souvent dis que les articles consacrés à Disney Land était les clichés par excellence du blogging. Pourtant je ne me lasse jamais d’en lire et j’aime redécouvrir ce parc au travers des yeux des autres. Voilà plus de 3 ans que je ne m’y étais pas rendue et il faut avouer que les vidéos et photos postées sur internet ont eu le don de m’aguicher fortement. Alors voilà, il y a un mois nous prenions le train, direction ce petit monde enchanté qui fait rajeunir. Le temps d’une journée j’ai retrouvé mes 8 ans. Le temps d’une journée nous n’étions plus que des enfants. Et j’ai eu envie, moi aussi, de parler de cet endroit ici.

Il y a un mois il faisait encore très froid, mais les décorations de printemps étaient déjà bien là. Nous y sommes allées en semaine et il faut avouer que c’était la meilleure idée que nous puissions avoir, nous avons pu faire toutes les attractions que nous souhaitions (enfin presque) et la journée ressemblait plus à une ballade en rêve plutôt qu’à une sortie dans un parc. Nous n’avons pas eu de chance du côté de la maison hantée et de « ratatouille », à chaque fois que nous avons essayé de les faire, ils étaient en panne. Mais pour compenser ça: la reine de Cœur et le chapelier, Abbu et le génie, Donald, Mickey, Dingo et Minnie étaient là, à se promener mine de rien dans le parc. Il n’y avait pas tant de personnages disponibles dans mes souvenirs, pourtant, c’est en parti grâce à eux que nous sommes embarqués dans l’ambiance du lieu. Je n’avais jamais vu les décorations de printemps et il faut avouer que le parc met le paquet à cette époque de l’année, il y a des dizaines de détails ajoutés dans tous les recoins et les parterres de fleurs sont vraiment très beaux.

Ça fait un mois mais j’ai encore des étoiles dans les yeux et si demain quelqu’un me proposait d’y retourner j’y accourrais sans hésiter. Là bas le temps s’arrête et offre une pause agréable. Les gens oublis leurs soucis le temps de quelques heures et affichent des sourires francs et détendus. Les petites et grandes filles sont déguisées et parfois tu as simplement l’impression de t’être perdu dans une dimension complètement à côté du reste monde, et ça fait du bien. C’est important de s’accorder le droit de ne plus avoir les pieds sur terre, de simplement se faire plaisir. Il ne faut pas s’y rendre pour s’y rendre, mais plutôt y aller à cœur ouvert et laisser la magie opérer d’elle même.

DSC_0668DSC_0641DSC_0647DSC_0693DSC_0820DSC_0709DSC_0712DSC_0814DSC_0644DSC_0682DSC_0786DSC_0753DSC_0759DSC_0766DSC_0798DSC_0791DSC_0784

Comme il faisait froid (-très froid-), j’avais opté pour une tenue confortable, passe partout et relativement chaude grâce à un col roulé, un jean et une parka. Pour le clin d’œil à la petite fille qui vit en moi, j’avais décidé de me faire deux tresses africaines ( d’ailleurs le vigile à l’entrée n’a pas crut que j’étais majeure ahah! ), chose que je ne peux absolument plus faire maintenant!! (Vous vous même savez pourquoi)

DSC_0829DSC_0831DSC_0828DSC_0829

Evidemment, nous n’avons pu résister à la session « boutiques » et j’ai un peu craqué, il faut l’avouer. Premièrement j’étais comme une folle lorsque j’ai déniché le pins tiré du film Là haut ainsi que le tsumtsum lapin d’Alice au pays des merveilles. Et puis il y avait la peluche de Lotso qui me faisait de l’oeil depuis plus d’un an, et je n’ai pas résisté bien longtemps. Elle a désormais rejoins mon lit (-oups).

Et toi, es tu déjà allé là bas? Qu’en as tu pensé?

Je vous envoie des baisers volants,

signature

Trois jours à Lille (+LRVC #6)

Il y a un peu moins de deux semaines, je partais à l’aventure. Direction  Lille pour rendre visite à deux amis qui étudient là bas. Ils m’ont merveilleusement bien accueilli et hébergé et je n’ai malheureusement pas pu profiter suffisamment d’eux car nous étions en semaine et je ne les voyais qu’à partir de la fin d’après midi. Ca n’empêche que j’ai passé un séjour tout bonnement génial, et je tenais à en partager une partie avec vous.

C‘était la toute première fois que je « m’offrais » à proprement parlé un voyage. J’ai profité de l’arrivée de mon premier salaire pour réserver mes billets de trains. Je pouvais me permettre d’être autonome au sein d’une ville que je ne connaissais pas. C’est une sensation grisante, croyez moi! Bon évidemment, je n’étais pas non plus lâchée en pleine nature sans aucune informations, mes deux amis m’ont beaucoup guidés et conseillés tout du long. En somme, ils m’ont expliqués tout ce que je devais savoir avant mon arrivée. Une fois là bas, j’étais comme chez moi.

Le mercredi midi, j’ai mis pour la seconde fois de ma vie les pieds à Lille. J’avais rendez-vous avec mon amie à 16h. Cela m’a donc laissé avec un plus de trois heures à tuer avant de la retrouver. A peine sortie du train, j’ai sauté dans le métro (après avoir au préalable acheté un ticket valable 72h à une borne) et suis descendue à république. – Soit dit en passant, le métro Lillois m’a semblé tout petit à côté de celui que j’ai l’habitude d’empreinter à Paris. – Il est difficile pour moi de vous décrire la joie qui m’a accaparée une fois que je suis arrivée sur la place, devant la grande fontaine, face au palais des beaux arts (où j’étais sur le point de me rendre suite aux conseils de mon amie). Il y avait le soleil, la douceur des températures, la fontaine qui m’a semblé magnifique. Ces trois éléments réunis sont venus marquer pour moi un point d’ancrage énorme. Je suis parvenue à organiser un voyage, à le financer par moi-même, et tout ça sans le moindre soucis. A cet instant, je goutais aux sentiments d’autosatisfaction et de liberté complète. Je me sentais bien et heureuse, tout simplement.

Après avoir prévenue ma maman de mon arrivée, je me suis directement dirigée vers le palais des beaux arts ou j’ai pu profiter de l’exposition « Joie de vivre » quelques jours avant sa date de clôture. Les trois heures je les ai passé au sein des allées de l’expositions. Elle abritait tableaux, sculptures et photographies et, accompagnée d’un audioguide, j’ai pu profiter presque pleinement de l’ambiance de chacune des œuvres. Je dis presque car il y avait malheureusement beaucoup de monde le jour de ma visite, cela a un peu entaché mon plaisir (je déteste la foule dans les musées). Le thème était parfaitement bien développé: l’amour, la joie, le repos, le rire, l’amitié, l’enfance et de nombreux autres sujets se confondaient au sein de petites boites d’espaces que nous, visiteurs, pouvions parcourir dans l’ordre souhaité. Chaque œuvre que j’ai rencontré m’a offert un peu de bonheur, c’est difficile de décrire un sentiment avec des mots mais je me sentais bien dans cet endroit et j’aurais pu y rester beaucoup plus longtemps s’il n’y avait pas eu tant de monde. Une fois sortie, je retrouvais mon amie à un arrêt de bus. Cela faisait si longtemps que nous prévoyions ce voyage que nous étions toutes deux complétement folle de joie à l’idée de le voir enfin devenir réalité. En toute fin d’après-midi, elle m’a amené à Rihour (quartier où il y a de nombreux restaurants et magasins, ainsi que la fameuse grande roue!). Là bas, nous nous sommes rendues chez un perceur/tatoueur pour qu’enfin elle puisse faire le piercing de ses rêves et que moi-même je puisse me faire percer l’oreille; plus précisément l‘hélix (Cela faisait deux ans que j’y réfléchissait, j’en parlais déjà ici)!! Je vous parlerais de ce piercing dans quelques temps (dès que j’aurais bien avancée dans la cicatrisation).

DSC_0064DSC_0053DSC_0005DSC_0043DSC_0052DSC_0050DSC_0060

J‘avoue ne pas avoir fait grand chose de ma matinée du jeudi: j’ai pris le métro et me suis baladée dans la rue piétonne. A midi je suis retournée à l’appartement pour manger avec mes amis. L’après midi, je me suis rendue au Tripostal, voir une exposition au titre aguicheur: « Renaissance ». Cette exposition a également prit fin peu après mon séjour. J’ai littéralement passé quatre heures entière dans ce bâtiment, l’exposition m’a transporté. Là bas, j’étais ailleurs. il n’y avait pas trop de monde, il y avait des dizaines de choses à voir, à entendre. Il y avait de tout, de la photo, des sculptures, des videos, des peintures, des mises en scènes, des enregistrements audio, des œuvres participatives. Cette exposition était immense et je l’ai adoré. J’aurais aimé la visiter une seconde fois tellement j’ai l’impression de ne pas avoir pu tout voir. De nombreuses cultures étaient représentées, de nombreux thèmes étaient abordés. Le bonheur se mêlait à la culture Asiatique. L’évolution d’un être se mélangeait à l’évolution naturelle. Il y avait de tout, pour ma plus grande joie. J’ai adorée me perdre dans les grandes allées de cette salle, je ne m’attendais à rien en me rendant là bas et j’ai été surprise par tout.

Le soir, j’ai retrouvé mes deux amis qui m’ont présentés à leurs amis de là bas. Après avoir mangé les meilleures pizzas de la ville (ce n’est pas moi qui l’ai dit!) nous sommes sortis dans Lille et il a neigé! C’était la première fois de cet hiver que je voyais la neige, c’était trop cool! La soirée en elle-même était géniale.

J‘ai passé mon vendredi à arpenter les rues de Lille, jusqu’à me perdre (heureusement que je suis tombée sur une navette qui m’a ramené dans le centre ville). J’ai adoré flâner dans les rues et il faut avouer que j’ai eu beaucoup de chance au niveau de la météo car j’ai très peu été confrontée à la pluie! A midi, je me suis arrêtée dans un restaurant rétro ou j’ai vraiment bien mangé. Je me la suis jouée à la Mia Wallace (cf Pulp Fiction) en commandant un milkshake en même temps que mon plat. Le milkshake Banane est à tomber par terre! L’après midi, je me suis rendue à Euralille avec mon amie mais je n’ai pas trouvé grand chose. Heureusement d’ailleurs car mon sac de voyage était déjà au bord de l’implosion!

Le samedi matin sonnait l’heure des aurevoirs, ce séjour m’a permis de découvrir Lille autrement. J’étais certes seule la journée, mais ça ne m’a jamais dérangée car j’avais mille choses à faire et à voir. De plus, j’ai pu profité de mes amis autant que je pouvais et chaque moment passé avec eux était parfait.  Cette ville est magnifique dans son architecture, les gens sont adorables et j’ai pu séjourner chez les deux personnes les plus géniales du monde. Je garderais ce séjour longtemps dans mon cœur, c’était important pour moi d’en laisser une trace ici.

DSC_0065DSC_0073CSC_0199DSC_0111DSC_0116DSC_0115DSC_0117DSC_0124DSC_0131DSC_0152DSC_0164DSC_0165

 De ce séjour, j’ai tout de même ramené quelques bricoles. J’ai découvert, grâce à mes copains, une boutiques nommée « Le comptoir des confitures » qui vend des confitures artisanales a tout, et elles sont excellentes! Il y a également une boutique à Paris et si l’occasion se présente je retournerais y faire un tour sans la moindre hésitation! L’exposition du Tripostal abritait une œuvre participative dans laquelle de nombreux artistes et Lillois présentaient le livre qui les rendait heureux, le livre qui a changé leur vie. Une passante a déposé son livre et a collé un post-it dessus nous expliquant pourquoi se livre change sa vie tous les jours. En sortant, je me suis rendue dans une petite libraire, et j’ai acheté ce fameux bouquin: L’attrape cœur. Finalement, à Euralille, je me suis dégotée un adorable ras de cou dans la boutique Six.

Et toi, as-tu déjà été à Lille? Raconte!

Cet article change de ce que j’ai l’habitude de produire mais je désirais à tout prix laisser une trace de mon séjour quelque part, pour pouvoir m’en souvenir. Quoi de mieux que tout écrire ici, pour partager en même temps avec vous ce que j’ai vécu? J’ai également tourné un court vlog pour compléter cet article, vous pouvez aller le voir ICI, si le cœur vous en dit!

Je vous laisse avec cette jolie vue des toits Lillois.

Des bisous enneigés,

0000000000000000000000000000000000000000

DSC_0068

Kaléidoscope de cet été

CSC_0058 - Copie

Partir de chez soi pendant un mois. Laisser en plan son quotidien. Se laisser guider. Ne pas avoir le temps de dire au revoir à ceux qui partent pour longtemps. Pensez à eux souvent. Prendre le train sur des strapontins et regarder défiler les paysages. St jean de Luz. Maman a tout organisé. Le petit appartement, les glaces le soir et la musique qui anime les trottoirs. L’Océan. Et la semaine qui défile à toute vitesse. le coucher de soleil sur le bord de mer. Biarritz. A peine le temps d’un souffle. La longue ballade jusqu’au rocher de la vierge. Le musée de la mer. Les boutiques et la crêpe avant de rentrer en train. Le sable chaud, les sandwichs mangés sur le pouce. La petite librairie. Et l’appareil photo, toujours autour du cou.

DSC_0008 - CopieDSC_0047DSC_0084DSC_0062 DSC_0152 DSC_0140

DSC_0125 - Copie

Les aurevoirs difficiles. Toulouse. Un mois avec la famille paternelle. Les cousins turbulents. Les chats. Les livres lus et les bons petits plats. Le grand départ. Les haltes en Espagne. Lugo. L’arrivée à Caminha, au Portugal. Le petit restaurant sur la place. Les baignades dans la piscine. Le soleil brulant et l’eau glacée. Les parties de Pingpong. Les tomates à la provençales et les discussions tard le soir. Une journée à la plage. Le coup de soleil dans le dos. La sangria. La gentillesse des Portugais. Porto. L’incendie bien trop proche. La seconde maison dans les montagnes et les cendres qui tombent du ciel. La pluie. La visite du bateau Hôpital. Le livre compliqué enfin achevé. Saint Jacques de Compostelle. Les trois jours de repos, à Toulouse à nouveau. Les jolies rencontres. Les promenades indépendantes et les Tapas entre amis. Et parfois encore, l’appareil photo autour du cou.

CSC_0185DSC_0234DSC_0239DSC_0471DSC_0487CSC_0582 - CopieDSC_0242DSC_0439   DSC_0455DSC_0533

Après cet été de globe trotteuse, je suis heureuse d’avoir retrouver mon chez-moi!  En ce moment tout va très vite dans ma vie. Je dis peu à peu aurevoir à tous mes amis du lycée. Ils s’en vont tous au quatre coins de la France et de l’Europe,  ( j’ai même une amie qui est en ce moment au Canada!!) tout en préparant ma propre rentrée en fac qui arrive à grand pas. Autrement dit, je risque certainement de connaitre de nouveaux de nombreux changements dans ma vie!!

Quoi qu’il en soit, écrire ces mots me réchauffent le cœur car ils signent mon retour sur la blogosphère. J’ai pas mal de choses à vous montrer et il a été difficile de sélectionner les photos qui illustrent aujourd’hui mes propos. J’ai essayé de trouver les bons mots pour partager avec vous ces fragments d’instants que j’ai vécu cet été. Et j’espère avoir réussi à vous emmener un peu avec moi.

Et toi, décris moi ton été en dix mots !

Des bisous salés,

0000000000000000000000000000000000000000