Ce que j’aime tant dans ma province

Habituée à la ville, je perçois désormais différemment la région où j’ai grandi. Avant, j’avais l’impression d’être loin de tout, comme si j’étais écartée du monde. Sans permis, notre mobilité est restreinte et c’est très frustrant. Ici, peu de concerts et d’expositions, pour sortir il faut encore et toujours posséder une voiture. Maintenant que j’ai goutté aux rues animées, à la foule et à la fièvre générale d’une ville, revenir en Picardie me permet de retrouver mes repères. Dès lors je me suis amusée à réaliser une petite liste non exhaustive des choses que j’aime dans ma province. En y regardant bien, vivre ici est plein d’avantages que l’on a tendance à oublier. Je peux être presque certaine qu’ici, je me sentirais toujours chez moi parce que c’est ici que je suis devenue qui je suis aujourd’hui.

DSC_0460

Ce que j’aime en province (en été)

Les champs remplis de coquelicots au printemps qui se transforment en champs de blé l’été. M’abriter à l’ombre des arbres lorsque c’est la canicule. La forêt et l’éblouissant spectacle du ciel étoilé lorsque la vue est dégagée, dormir à la belle étoile. La solitude et le calme. Les marchands de glaces ambulants (oui oui, ils existent encore !). Un bout de jardin. Les étangs et les lacs. L’odeur de la forêt après un orage. La lumière du soleil à la toute fin de la journée. Rouler pendant des heures sur des routes vides et verdoyantes. Croiser une biche, un renard, un lapin, un écureuil, un hérisson au détour d’un chemin. Déjeuner dehors, quelle que soit l’heure. Les soirées d’été avec nos proches. Arpenter les brocantes. Les balades à bicyclette.

À force de vivre dans un endroit, on finit par oublier tous ces petits détails qui font qu’ici, nous sommes heureux. Désormais j’ai deux chez moi. Paris, la ville où j’apprend la vie et la Picardie, là où j’ai grandi.

DSC_0449

Haut: zara ; jupe: / ; couronne de fleurs: Asos

blog 6blog 2

Les partiels sont terminés, ma L2 validée, je peux démarrer cet été sereinement. Au programme:

  • Du boulot. Je vais bosser pendant 5 semaines dans une grande surface.
  • Une destination merveilleuse que je vais avoir la chance de découvrir pendant 10 jours

Voilà quelques mois que je laisse ce blog à la dérive, l’envie est toujours là et je vous vois devenir progressivement de plus en plus nombreux à me lire. Ça me booste, merci♥. Je reviens très vite avec encore des milliers de mots, de belles images, peut être des dessins et surtout, une meilleure organisation qui je l’espère, me laissera plus de temps pour ici!

En attendant, prenez soin de vous!

 

signature

blog 7

La serre du jardin des plantes

DSC_0226

En janvier dernier je posais mes bagages à Paris. Depuis la fenêtre de mon sixième étage, presque au delà de la pollution, je respire une nouvelle ère. Vivre dans la capitale, c’est pour moi l’occasion de fuir les désagréments des transports en communs, de pouvoir gagner du temps. C’est également synonyme de repos, je peux dormir plus et lâcher prise. Je gère de mieux en mieux ma manière d’étudier, je suis moins vite dépassée par les événements et plus sereine en allant travailler le weekend. La fatigue est toujours là, mais moins pesante, plus saine.

Les vacances de Pâques viennent tout juste de toucher à leur fin, j’ai pu passer quelques jours avec ma mère et ma sœur dans cette ville que j’apprivoise progressivement. C’était une semaine pleine de douceur et d’entrain, elles étaient ravies de découvrir la capitale autrement et j’ai eu envie de partager ici ce petit fragment de bonheur.

Je vous laisse imaginer le tableau:

Une balade ensoleillée, à pieds, dans les rues de Paris, en passant par l’île saint Louis jusqu’au jardin des plantes. Je n’y avais encore jamais mis les pieds mais c’est la saison parfaite pour le découvrir. Les tulipes, les  rhododendrons et de nombreux arbres sont en fleurs. Nous ne savions où poser nos yeux tant le parc est emplit de couleurs. Ça sentait bon le printemps et l’air ne m’avait pas parut si agréable depuis longtemps.

Ce que j’ai préféré de cette escapade, mon petit fragment de bonheur de la journée, c’était la serre. Vous connaissez déjà mon amour pour ce type d’endroit et celle que le jardin des plantes abrite est immense. Quatre climats différents sont présentés et nous avions presque l’impression de voyager au fil des salles. Nous avons eu la chance de découvrir cet endroit presque vide (l’entrée est payante, c’est sans doute cela qui fait fuir les visiteurs). C’était une véritable parenthèse au cœur de la frénésie parisienne, à deux pas de la gare d’Austerlitz. Le seul point noir que j’ai pu relever, c’est ironiquement justement le manque de fleurs. Mais peut être paraissent elles à d’autres moments de l’année? Quoi qu’il en soit je vous laisse découvrir les quelques photos que j’ai pu garder de cette visite.

DSC_0201DSC_0214DSC_0229DSC_0208DSC_0210DSC_0240DSC_0231DSC_0236DSC_0233

Pantalon: zara ; haut: Jenyfer ; sac: Sabrina

 

a très vite,

signature

A la mi nuit, douce nuit ( 1 )

DSC_0773

Elle fait des pointes sur le parquet, elle n’ose faire un bruit. Il est minuit. A la mi-nuit la lune est déjà haute, elle a entamé sa course inlassable et quotidienne.

A la mi-nuit la ville bouillonne encore au dehors. Elle s’oppose au calme qui règne entre les murs de cet intérieur.

Attentive, elle entend les moteurs des voitures et le tremblement du métro. Les réverbères viennent réchauffer les rues encore trop froides du mois de mars. Elle s’assied, se dit qu’elle est chanceuse de vivre au dernier étage de ce bâtiment. Là, personne ne l’y voit et pourtant elle, elle n’a qu’à se pencher par la fenêtre pour accéder à tout un monde. Depuis celle-ci, la lune la regarde et elle, observe Paris battre une dernière fois la chamade avant de s’endormir pour de bon. Elle perçoit les gens vivre dans les immeubles d’en face. Les lumières s’éteignent progressivement et c’est quand Paris s’endort qu’elle commence à rêver.

La lune. Ronde et pleine, douce et protectrice, berce ses songes et ses craintes. Comme hypnotisée par le halo de lumière qui se reflète sur son mur, elle s’imagine tenir au creux de ses paumes ce petit morceau d’univers, insaisissable. Elle se dit qu’un jour elle décrochera la lune, pour de vrai. Elle ira au delà des étoiles et dépassera l’entendement. Elle surpassera les propres limites qu’elle se pose chaque jour.

A la mi-nuit, l’esprit éclos. Tout un mécanisme de pensé, rejeté à la lumière, prend une nouvelle dimension. Seule dans ses draps blancs, elle n’a d’autres choix que de pénétrer dans cette contemplation solitaire de son propre être intérieur. Le silence la terrifie et pourtant là, à cet instant précis, elle se sent pleinement une. Apaisée de toutes les tensions du jour, loin des questionnements et des comptes à rendre. Son esprit s’évapore. Elle s’est endormie, à la mi nuit, bercée par l’astre le plus doux de l’univers.

DSC_0293DSC_0839DSC_0841DSC_0897DSC_0825DSC_0899DSC_0849shoot luna 2

Voici une courte série de photos que j’ai réalisé avec ma douce rêveuse. A mi-nuit, c’est une série avec la lune, l’obscurité et un appareil photo. J’ai pour projet d’en réaliser plusieurs sur ce même thème, toujours reliées à une petite histoire, à un fil conducteur, à un motif d’inspiration. Prendre des photos dans l’obscurité, c’est un moyen pour moi d’apprendre à maîtriser les réglages de mon appareil, mais également de tenter de capturer l’insaisissable.

La nuit a une valeur très particulière à mes yeux. C’est à ce moment de la journée que mon esprit est le plus actif et productif. J’aime la nuit silencieuse et réconfortante. J’aime tout ce qui la concerne, au point de l’étudier pour mes cours. J’aime apprendre à la comprendre et découvrir ce que d’autres en ont vu. Capturer la nuit ce n’est pas l’emprisonner mais simplement en retenir un morceau. C’est chercher à apprivoiser cet instant si évasif, à le rendre saisissable. Chacun possède ses propres nuits, en espérant que vous aimerez découvrir les miennes.

Tendrement,

signature

2

La Normandie et une frange

Respirer.

Il m’aura fallu trois jours pour à nouveau inspirer à pleins poumons. Nous sommes parties en Normandie pour nous reposer. Nous avions besoin de respirer, simplement. Nous désirions changer d’air, nécessairement. Et voilà qu’en arrivant sur place je n’ai pas eu le bonheur de retrouver l’odeur des embruns et du sel marin. Mon odorat était comme bloqué par le stress et la pollution Parisienne. Je ne sentais rien. Comme si j’avais cesser de respirer.

Tant pis pour moi, cela ne devait malgré tout pas m’empêcher de passer un bon séjour. Et j’ai compensé l’odorat par le goût, en mangeant jusqu’à faire exploser mon ventre, mais aussi par la vue. L’hiver en Normandie vaut tout autant le détour que l’été, si ce n’est plus. Il n’y a pas de touristes, pas de vacanciers. La plage est calme, l’air est doux, il y a de la place dans les restaurants, on peut se garer facilement à Honfleur et flâner dans les rues sans être ensevelies par la masse qui avance.

Je pourrais vous parler encore et encore de la lumière, si particulière et énergisante. Il y a ce petit plus en Normandie, je ne cesserais jamais de le répéter. Ce quelque chose de différent qui a attiré l’œil de tant d’artistes. Là-bas, vous êtes comme portés ailleurs, vous dormez merveilleusement bien et tout est calme autour de vous. Personne n’est pressé par le temps et vous en oubliez votre montre.

dsc_1206-copiedsc_1210dsc_1207-copiedsc_1172dsc_1205-copiedsc_1076dsc_1204

J‘ai profité de ce séjour pour enfin teindre à nouveau mes cheveux, adieux le blond j’ai décidé de retrouvé ma couleur naturelle. Un châtain clair ou blond foncé, comme vous préférez. Foutue pour foutue je me suis enfin décidé à couper cette frange qui me fait tant envie depuis des mois. Et me voilà nouvelle personne. Prête à passer au travers de ce nouveau semestre qui défile déjà à toute vitesse.

Le dernier jour, nous sommes parties regarder le coucher du soleil sur la plage. C’est un peu notre rituel. Nous n’étions pas pieds nus dans le sable, mais ce fut un merveilleux spectacle et, incroyablement, l’air marin a retrouvé le chemin de mes poumons et j’ai enfin pu respirer pleinement. J’avais de nouveau l’impression que l’oxygène emplissait mes poumons et c’était merveilleux.

Trois jours, il m’aura fallu trois jours pour lâcher prise et retrouver ces odeurs d’océan que j’aime tant. C’est fou comme changer d’air m’aide à renaître.

dsc_1175dsc_1150dsc_1168dsc_0012

Des pensées salées,

signature

Une nouvelle page pour notre histoire

blog2

En 2013, j’écrivais ici pour la toute première fois. Je n’avais pas de ligne éditoriale précise en tête, pas vraiment d’idées mais seulement l’envie d’écrire quelque part.  Ecrire quelque chose, n’importe quoi. Alors j’ai choisi les thèmes qui me touchaient le plus à l’époque: la mode et la beauté. Mais était-ce vraiment moi?

Les mois et les articles ont défilé et, plus j’écrivais, plus je réduisais cet aspect au profit d’un univers plus « journal intime« . L’an dernier, je me suis tournée vers le récit de mes voyages et des expositions culturelles que j’ai pu découvrir. Je n’ai jamais aussi peu écrit qu’en 2016, mais c’était plus vrai qu’auparavant: plus de Jeanne, plus d’échos. J’ai commencé à aimer ce que j’écrivais, mais aussi à dériver dans tous les sens et à ne plus savoir vraiment ce que je suivais, vers où je me dirigeais. Alors j’ai pris mes distances, un peu de recul, pour me poser des questions. Qu’est ce que j’ai envie d’écrire? Ai-je encore envie de tenir un blog?  

J‘ai dès lors réalisé que ce qui m’anime dans l’idée de tenir un blog, c’est de raconter quelque chose. De conter ma vie, mes expériences. De vous parler des artistes, des expositions que je découvre. Et aussi de partager mes photos, de me mettre en scène et de capturer les choses qui m’entourent. Et voilà, après toutes ces semaines à y penser je sais ce que je voudrais être ici, j’ai mes réponses. Etre une conteuse d’histoire, une faiseuse d’images. Que ce recoins du web suive une bonne fois pour toute le fil rouge vers lequel j’ai toujours tendu. Tisser des textes, les relier à des images et des dessins et puis vous parler d’art aussi. Vous parler de ma vie mais surtout de ce qui l’entoure. Vous montrez les détails de mes bonheurs quotidiens.

Je ne dis pas que je ne parlerais plus jamais de mode ou de beauté. Je le ferai sans doute encore, mais différemment. Au lieu de ça, je continuerais de vous parler d’expos, de sorties Parisiennes, de mes découvertes et mes voyages. Mais surtout, ma direction principale sera tournée vers des textes plus réfléchis, vers des anecdotes racontées et de moments attrapés au vol. J’aimerais qu’ici devienne un endroit où vous aimerez vous rendre pour penser à autre chose, et peut-être rêver un peu. Alors partants? Publier moins, mais mieux? Publier des choses qui me ressemblent. Publier pour vous, et un peu pour moi. Et simplement faire disparaître ce syndrome de la page blanche qui m’anime si souvent.

Après cette longue absence je reviens, des mots pleins la tête. Merci de me suivre dans mes montagnes russes éditoriales. 2017 n’a pas fini de nous faire rêver, ce n’est que le début de notre nouvelle histoire. Et je commence dès aujourd’hui à en écrire les premières pages. ♥

à très vite,

signature

Deux mille seize

2016

Deux mille seize, ne le prend pas mal, mais je suis contente d’en avoir fini avec toi. Pas que tu ai été si dure mais il faut bien l’avouer, tu nous en auras fait voir de toutes les couleurs. Avant de vraiment me jeter dans les bras de ta petite sœur, je crois que j’ai besoin d’un retour en arrière. J’avais quitté 2015 avec une jolie rétrospective qui m’avait permis d’y voir un peu plus claire, de poser mon mouchoir sur ce que j’avais pu vivre. Aujourd’hui il est temps pour moi d’accomplir le clap de fin sur les 365 jours que tu nous auras offert.

Janvier, il y a un an presque exactement, je partais pour la première fois dans une escapade que j’organisais seule. Alors que je sortais tout juste de mes partiels, je décidais de rendre visite à mes deux super copains, en coloc, à Lille. Trois journées à Lille qui m’ont permis de me poser face à moi-même et de réfléchir à quel sens j’avais envie de donner à la suite de mon année. En février, je redécouvrais le parc DisneyLand. Le temps de quelques heures j’ai retrouvé mes 7 ans, surtout que j’ai rencontré Donald en chair et en plumes. Mars était bien moins sympathique, et les mois qui ont suivis furent plus monotones. Je prenais une décision qui chamboulait tout le quotidien dans lequel je baignais depuis des années. C’est à ce moment là que je décidais de couper mes cheveux. Les mois qui ont suivis se sont noyés dans l’humeur tristoune dans laquelle je me suis enfermée. Je n’ai pas eu envie de grand chose et j’ai attendu l’arrivée du printemps comme on attend un messie. Les mois ont continué de défiler mais je restais toujours dans ce flottement sombre. J’ai mis beaucoup de temps à sortir de ma torpeur, il m’a fallu beaucoup de temps pour redevenir moi-même. Et je crois bien que je me suis manquée. Heureusement, l’été et le soleil sont enfin arrivés et j’ai recommencé à respirer. J’ai rouvert les yeux. Je suis allée à Versailles pour voir le plus joli feux d’artifice auquel j’ai pu assister. J’ai enchaîné avec mon job d’été à pleins temps puis je me suis enfuie. En Normandie d’abord, puis à Turin avec ma meilleure amie. Mon été s’est achevé au cœur de Venise. L’Italie a ranimé la Jeanne qui s’était essoufflée. Vous pouvez à peine imaginer comme cette longue coupure a été régénératrice pour moi. En septembre les choses sont allées très vite. J’ai repris goûts pour les sorties culturelles, j’ai revue la douce Tram Anh, j’ai repris les cours et l’optique d’un possible emménagement à Paris est devenue de plus en plus nette. En octobre, j’ai eu la chance de partir en escapade à Londres avec ma mère et ma sœur. A la mi-novembre je faisais déjà mes cartons pour vivre bel et bien dans une colocation. Vivre plus proche de ma fac était devenue une nécessité. Je revivais la même saturation que les mois passés. Pour fêter ça ma colocataire m’a offert pour mes 19 ans une place de concert pour aller écouter Ben Mazué. Et c’était génial. Décembre aura surtout rimé avec la panique des devoirs à rendre pour la fac et la douceur de la période de noël.

Finalement  2016 aura été une année qui aura bouleversé énormément d’éléments de ma vie. Je ne garde pas de toi un bilan négatif, j’ai envie de garder le doux souvenir de mes escapades estivales et la lumière réconfortante du lever du soleil sur l’Italie.

Les choses ont évolué et je pense que, chaque année, je sors un peu plus grandis de tout ce que je peux vivre. Ce blog évolue avec moi et, plus le temps passe, plus je suis heureuse de pouvoir vous écrire ici. J’ai envie de créer un univers toujours plus grand, que ce blog deviennent une parenthèse de lumière lunaire. Et j’essaie tant bien que mal de sortir des echo’rces de ce blog la plus douce des poésies.

Merci d’être là pour me lire, 2017 nous réserve de jolies choses..

A très bientôt,

signature

mémoire d’un dimanche après-midi

dsc_0367

Le mois de décembre est entamé. Comme à mon habitude j’ai toujours un wagon de retard. Deux ( mois ) pour être exacte. Deux mois c’est peu et c’est immensément long à la fois. Ce n’est pas l’inspiration qui me manque mais plutôt le temps. C’est derrière lui que je ne cesse jamais de courir. Il me glisse entre les doigts, gravite six mètres au dessus de ma tête et me nargue sournoisement à quatre heures du matin, quand j’essaie tant bien que mal de finir un dossier à rendre pour le lendemain. La semaine dernière était un enfer. Ce soir, la tempête s’est calmée, je peux enfin m’asseoir et laisser à nouveau mes doigts vibrer sur le clavier pour vous déposer ces quelques mots. Il faut vraiment que j’apprenne à mieux organiser mon temps. Je suis épuisée de cette course permanente contre la montre qui m’empêche de faire tout ce que j’aimerais.

Promis, ma bonne résolution de décembre, c’est de me donner du temps pour nous, pour ici.  Et j’ai vraiment beaucoup, beaucoup de choses à vous raconter!

En attendant, je vis encore au travers de la douceur et de la lumière qui peuplaient le mois d’octobre. Alors même que les arbres ont perdus leur manteau d’automne pour se couvrir d’une couverture plus froide et monotone. Moi je rêve encore des dimanches après-midi où nous pouvions sortir, nous aventurant dans la forêt, simplement pour admirer le coucher du soleil, tout en haut de la terre, depuis un doux monde, loin de la pollution et du bruit des klaxons. J’étais à nouveau tout en haut de celui-ci, mais avec un point de vue bien différent du précédent.

Parfois les mots ne suffisent pas pour exprimer un moment, alors je laisse les images parler pour moi. Ainsi, je reviens vers vous avec des images à la place des mots, pour un dimanche après midi, qui annoncent aussi le levé d’un nouveau jour ici. On se retrouve très vite.

dsc_0347dsc_0344dsc_0342dsc_0363dsc_0355dsc_0349dsc_0324

Prenez soin de vous,

tendrement,

signature

Tout en haut du monde avec Tram Anh

dsc_0596

Surplombant Paris de toute sa hauteur et jetant sur elle un regard maternel, Montmartre se mérite. Il aura fallu monter des marches par dizaines pour en apprécier le panorama et embrasser la ville d’un regard nouveau. On s’élève au delà des immeubles et le jeu en vaut la chandelle.

C‘était bien la première fois que je m’aventurais de ce côté-ci de Paris. J’avais l’habitude de voir la basilique du Sacré cœur depuis la fenêtre de mon train, en revenant de la fac. De là, elle semblait à peine plus grande que mon pouce et pourtant. Pourtant une fois devant elle j’ai perdu mes mots. C’était sublime. Tout ce quartier semble coupé du reste du monde. Les rues sont pavées, il y a des sortes de petites maisonnettes, et que dire de la place ou sont réunis les dessinateurs venus caricaturer et capturer les visages ?

J‘ai eu la chance de partager cet après-midi tout doux avec Tram Anh, juste avant la rentrée de septembre. Bon…Je sais ce que vous pensez. Ça fait deux mois et je ne vous en parle que maintenant. Comme à mon habitude, j’ai toujours un train de retard. Mais c’est aussi ce qui fait le charme de ce blog non??

Depuis décembre, nous nous étions promis de prendre le temps de vraiment nous rencontrer. Effectivement, il aura fallu neuf mois. Mais ça valait le coup d’attendre, et rien de tel qu’une après-midi de flânerie dans les rues de Montmartre pour réaliser à quel point cette personne est adorable. Sans rire, elle est de ces rencontres qu’on attend pas et qui pourtant vous bousculent. De ces rencontres que vous êtes heureux, littéralement, de faire. Le monde d’internet est parfois un peu étrange et il est souvent difficile voire risquer de sortir de la protection du virtuel. Mais c’est également une chance inouïe de pouvoir partager de jolis moments avec des personnes qu’on aurait sans doute jamais eu l’occasion de rencontrer autrement. Je n’échangerai ma rencontre avec Tram Anh pour rien au monde.

C‘était une journée avec beaucoup de soleil, de la glace, un peu de marche et quelques photos. Une journée toute tendre avec un mur gonflé d’amour. Une après-midi tout en haut du monde avec Tram Anh. ♥

journee-avec-tram-4dsc_0590journee-avec-tram-8dsc_0570journee-avec-tram-2journee-avec-tram-3journee-avec-tram-5journee-avec-tram-6


Tendrement vôtre,

signature

aprem– retrouvez Tram Anh sur son blog, elle fait des trucs vraiment trop trop cools –

Sum si sol sit

DSC_0412

Fleurs irrégulières et odorantes. Surprenantes. Paraissent un peu partout, transforment nos journées mornes en instants plus doux. Fleurs. Colorées en multitude, jaillissant de la terre; ce sont des trésors qui nous sont offerts, qu’on oublie de remarquer. La rosée les illumine, la pluie leur donne grise mine. Danseuses, elles ondulent au gré du vent, se laissant guider simplement par l’instant. Elles ne sont que si le soleil est, que si les abeilles leur offrent renaissances. Elles sont éternel recommencement. Elles sont couleurs et diversité. Fleurs, vous rendez la Terre plus douce.

Tout comme elles, vous faites partie de ces trésors de la vie. Et pour cela je n’ai qu’un mot: merci.

juin 2016 7juin 2016 2Juin 2016juin 2016 3juin 2016 9


robe: Naf Naf


Un petit mot, par delà mon absence. J’ai un millier de choses à vous dire, à écrire.

J‘ai pris ces photos en totale autonomie, à l’aide de mon retardateur, qu’en pensez vous?

Demain je pars en Normandie pour une semaine mais je reviens bien plus vite que vous ne croyez! Merci de continuer à me lire. Surtout prenez soin de vous! ♥

A très bientôt,

signature

juin 2016 8