« Au-delà des étoiles. Le paysage mystique de Monet à Kandinsky »

Voilà plusieurs mois que je n’ai pas reporté ici mes sorties culturelles et je dois l’avouer, ça commençait à me manquer! Il y a deux semaines, je me suis rendue au musée d’Orsay avec deux copines de fac, dans le but de découvrir les sculptures de Degas, pour un dossier monographique que je devais réaliser sur cet artiste. L’enjeu étant de s’intéresser de plus près à ses sculptures, ça aurait été dommage d’en parler sans les voir.

Visiter le musée d’Orsay était également un prétexte pour découvrir l’exposition temporaire qui s’y déroule actuellement, et jusque fin juin:

 Au delà des étoiles. Le paysage mystique de Monet à Kandinsky. 

IMG_6362

Les œuvres choisies sont merveilleuses, l’éclairage est bon et j’ai été frappé par plusieurs toiles, ce qui n’arrive pas si souvent, particulièrement quand les expos ne gravitent qu’autour de peintures. Le visiteur est, salle à salle, guidé vers un univers de plus en plus onirique et on se surprend à parcourir les différentes thématiques dans un silence contemplatif qui me plait beaucoup. Une forme d’aura magique gravite autour des toiles et nous découvrons plusieurs visions du sujet de « mystique », selon plusieurs pays différents.

Pour éviter la foule, nous nous sommes rendues à l’exposition à treize heures et ça a plutôt bien fonctionné! Les visiteurs arrivent en masse entre 14h et 16h. Si vous voulez profiter d’une visite à peu près calme, privilégiez toujours la semaine et les heures creuses du matin ou du midi. ( A noter également que l’entrée au musée d’Orsay, comme le Louvre et la plupart des musées nationaux, est gratuite pour les personnes âgées de moins de 26 ans. Autrement elle coûte une quinzaine d’euros, il me semble ).

IMG_6244

Détails de L’Amour aux sources de la vie, Giovanni Segantini ( 1896, Milan )

 J‘ai aimé cette expo. Particulièrement pour ses parties sur la nuit et l’espace.

Vous commencez à me connaitre, et sans doute à vous apercevoir que je porte une attention particulière vis à vis de ces sujets qui me touchent. Alors évidemment, dès que j’ai vu que plusieurs salles de l’expo étaient dédiées à la nuit, j’étais sur un petit nuage! Et je n’ai pas été déçue. C’est véritablement la partie que j’ai préféré! Toute une salle est animée par de la musique et j’étais complètement transportée. J’ai eu l’impression, pendant quelques minutes, d’entrer dans chaque toile et d’accéder à tous les univers qu’elles proposent. C’est assez incroyable quand on y pense: que la peinture, si statique et fixe, puisse avoir un tel impact sur nos ressentis.

L‘éclairage des salles est très tamisé, de sorte à mettre en avant au mieux les toiles sans qu’il n’y ai de reflets indésirables. Ainsi prendre de jolies photos était un peu compliqué, d’autant que je n’avais pas mon appareil-photos sous la main. Dès lors, si vous aimez la peinture, et particulièrement l’impressionnisme et le post impressionnisme, je ne peux que vous inciter vivement à aller découvrir tout ça par vous-mêmes !

Détails: Le Rêve, Pierre Puvis De Chavannes ( 1883, Paris )

A très vite!

signature

Un trésor à Honfleur

DSC_1036

Honfleur cache de nombreux trésors que j’ai eu la chance de découvrir lors de mon séjour en Normandie. J’ai ainsi pu me balader dans les allées du musée Boudin,  découvrir les petits ateliers d’artistes et chiner dans les dépôts-ventes.

Parmi tout ces endroits, celui que j’ai préféré découvrir, c’est bel et bien le Naturospace: une grande serre qui abrite papillons, oiseaux et plantes exotiques. Je suis souvent très mitigée quant aux zoos car je suis d’avis que nous devrions laisser chaque animal vivre sa vie dans son milieu naturel. Mais, il faut avouer que cet endroit là mérite qu’on s’y arrête: chaque oiseau présent peut étendre ses ailes et voler librement partout dans la serre. Il y a également des centaines de papillons d’espèces différentes, et c’est assez impressionnant à voir. Le lieu représente en lui-même tout un écosystème reconstitué et c’est ça qui m’a plut. J’ai également pu discuter avec un des gardiens des lieux, il était passionné par son métier et ça faisait plaisir à voir.

C‘est dans cet endroit que nous nous sommes arrêtées une petite heure. Ce fut une véritable pause à l’intérieur même d’une ville. Un monde dans un monde. Il faut tout de même compter plus de 8 euros l’entrée mais, une fois à l’intérieur, vous pouvez y passer autant de temps que vous le désirez, personne ne viendra vous embêter! Si je peux également vous laisser un conseil, évitez d’y aller durant les vacances scolaire car il y a beaucoup beaucoup de monde, et comme la température maintenue à l’intérieur est…tropicale, vous risquerez d’étouffer. Quoi qu’il en soit, si jamais l’envie vous vient de découvrir la serre de Honfleur, n’hésitez pas à prendre le temps de vous asseoir et d’admirer tout ce petit monde qui évolue autour de vous. Sinon, vous ferez trop vite le tour et vous n’en aurez vu qu’un quart de tout ce qu’il y a à voir!

Nous avons également profité de l’occasion pour shooter la tenue que je portais ce jour là. Un look très minimaliste avec la pièce phare centrée sur le dos. Un soutiens-gorge YAS shoppé sur Asos il y a quelques mois, idéal à porter avec les dos échancrés! Les photos sont imparfaites, un peu mouvantes mais elles témoignent d’un moment tout doux que j’avais envie de partager avec vous.

DSC_1071DSC_1010DSC_1011


Haut: Asos ; Bas: Vinted ; Sac: Amazon ; chaussures: Nike


DSC_1009DSC_1162DSC_1150DSC_1082DSC_1141

Dur dur de capter le virevoltement du papillon,

Des bisous par milliers,

signature

DSC_1164

LRDVC #11: Depuis l’Orient jusqu’à Versailles

Le 7 juillet fut de ces journées qui restent à jamais gravées dans les mémoires. Après avoir travaillé durant 5 heures, je sautait dans le premier train qui pouvait me mener à Paris : Rendez-vous avec Lyna et son amie Olivia pour passer une journée là bas et une nuit à Versailles. Le programme était chargé et l’ambiance légère. On était bien toutes les trois à voguer un peu incertainement dans les rues, cherchant l’Institut du monde Arabe.

Le but premier était de pouvoir découvrir l’exposition « Jardins d’Orient » qui y est visible jusqu’au 25 septembre 2016. Nous nous attendions à quelque chose de tout à fait différent de ce qui y est proposé. Nous aurions aimé plus de senteurs, plus de fleurs, plus de couleurs, plus d’Orient en réalité. Cette exposition m’a parut très scolaire, très morne. Il y avait beaucoup trop de monde, beaucoup trop de photos, de dessins, d’explications. C’était répétitif et un peu vide d’intérêt à mon goût, alors même que je trouve cette culture d’une richesse incroyable et qu’habituellement, j’adore les expos photos et picturales.. A l’extérieur le visiteur pouvait profiter d’un « jardin aménager » pour se rendre compte des odeurs… Hormis les roses en multitude qui, pour le coup, valaient vraiment la peine, les plantes elles-mêmes n’étaient pas réellement représentatives de toutes la richesse Orientale, j’ai trouvé qu’elles manquaient de vie. Ainsi cette exposition aura été pour moi une suite de déceptions et, heureusement que j’étais bien accompagnée, sinon j’aurais sans doute un peu regretté le prix de l’entrée. On a quand même bien rigolé toutes les trois, à refaire de A à Z l’expo, comme NOUS aurions aimé la voir et ces moments-ci, n’ont absolument pas de prix. Pour finir notre après midi en douceur, nous sommes allées siroter une limonade au Paradis du Fruit car oui, le 7 juillet, il faisait déjà bien chaud à Paris!

DSC_0586DSC_0619DSC_0643DSC_0630DSC_0625DSC_0607DSC_0646DSC_0613

Après un long trajet dans la foule des transports en communs (car oui, il y avait le match France-Allemagne ce soir là.. C’était un sacré bazar), une fois arrivées à Versailles, direction chez Lyna pour poser nos bagages (enfin..surtout les miennes..). Nous avons profité de la jolie soirée qui s’annonçait pour partir dans un petit square pique-niquer: c’était une surprise que mes deux amies me faisaient et c’était tout simplement adorable (et une merveilleuse idée).

La soirée devait se finir au château de Versailles, du côté de l’Orangerie. Voilà plusieurs mois que nous avions prévu d’assister au spectacle « Louis XIV, le roi de feu » qui n’est autre qu’un spectacle pyrotechnique composé de feu et de lumière en l’honneur du roi. Le tout se divisait en plusieurs hommages aux dieux grecs, tout en musique. J’ai adoré la mise en scène, les feux étaient sublimes. Et je ne peux que vous conseiller d’aller découvrir un spectacle à Versailles, vous en ressortirez des étoiles pleins les yeux. Pour ma part, j’ai eu l’impression de retomber en enfance, j’attendais énormément de ce spectacle et il ne m’aura manquer qu’un final pour être combler à 100%. Mais d’un autre côté, je me dis que je n’en aurais jamais eu assez ahah!! Ce soir là c’était également la victoire de la France et le retour fut laborieux. Malgré tout, c’est des rêves encore pleins la tête que j’ai vu cette journée s’achever. Je n’ai malheureusement que peux de photos pour vous inciter encore plus à vous offrir ce genre de voyage dans le temps, car dès le levé du rideau, nous n’avions plus vraiment le droit de capturer des images (ce qui n’a d’ailleurs pas empêché ma voisine de siège d’accrocher sa Go-pro à une rambarde au dessus de sa tête ahah).

DSC_0670DSC_0690DSC_069713633439_1118493701549899_6539112_o

Ainsi le 7 juillet fut pour moi de ces journées insouciantes ou rien d’autre que l’instant T ne compte. J’étais entourée de deux personnes merveilleuses et je ne peux que les remercier de m’avoir permis de découvrir Versailles, apprêté de milles étoiles. ( Merci merci merci Lyly ♥ )

Et toi, quel est le plus beau feux d’artifice que tu aies pu voir?

J’espère de tout cœur que vous vous portez au mieux, profiter des gens que vous aimez autant que vous pouvez. L’actualité à laquelle nous assistons chaque jour nous montre à quel point chaque instant avec nos proches compte.

Prenez soin de vous,

à très bientôt.

signature

13621339_1118493384883264_1399835646_o

LRDVC #10: Le château de Condé, deux mois après

Voilà deux mois tout juste que je suis allée découvrir le château de Chantilly avec ma maman. Comme vous l’aurez peut-être remarqué, je suis originaire de Picardie, et j’aime énormément cette région; bien que le soleil n’y soit que trop peu présent (particulièrement cette année). J’adore l’explorer, la parcourir et découvrir les trésors qu’elle propose.

Je me suis rendue compte que je vous ai énormément parlé des villes ou j’ai été ces deux dernières années, mais je ne vous ai jamais réellement parler de mon « chez moi » ( sauf pour le  palais de Compiègne ). Alors aujourd’hui, j’ai décidé de partager avec vous cette petite ballade qui commence à se faire déjà lointaine.

Le château de Chantilly a connu de nombreux propriétaires comme Le duc d’Aumale ou le Grand Condé et a vu passer de grands noms comme La Fontaine, La Bruyère, madame de Lafayette ou encore Louis XIV. C’est également dans ce château que Vatel aurait créé la crème chantilly. Ce lieu est emplit d’histoire et a vu passer de nombreuses générations.

L‘an dernier, j’avais eu la chance de découvrir les appartements ou logeaient les employés du château, de nuit. On aurait pu entendre le sol encore grincer sous le fourmillement des pas, c’était impressionnant. Cette fois ci, c’était la première fois que je mettais les pieds dans le château même et le temps semble s’y être arrêté. Rien n’a bougé d’un millimètre depuis le décès du dernier propriétaire qui a légué son château à la France en protégeant le lieu et la forêt par un testament interdisant de toucher à quoi que ce soit. Je trouve l’histoire de ce lieu passionnante et je ne pourrais que vous inciter à le parcourir, si un jour l’occasion se présente à vous.

Là bas, j’ai adoré la galerie de tableaux: les murs sont recouverts de toiles jusqu’au plafond. J’ai aimé les sculptures et les détails présents dans chaque recoins des pièces. Aussi la bibliothèque, les hauteurs et les plafonds. Ce lieu est apaisant, il semble n’appartenir à personne mais s’offrir à tout le monde. Il témoigne d’un petit morceau d’histoire tout en vivant dans l’ombre des grands monuments. Il mériterait qu’on lui porte plus d’attention mais peut-être dirons nous tous cela, devant les trésors de nos régions.

DSC_1077DSC_1068DSC_0976DSC_1062DSC_0981DSC_0978DSC_1038DSC_1032DSC_1031DSC_0998DSC_1010DSC_1047DSC_1013DSC_1055

Le château est également entouré d’un immense jardin, en partit créé par Le Nôtre, et c’est  ce jardin qui a inspiré celui du château de Versailles. Lorsque je suis allée découvrir le lieu, les fleurs commençaient à peine à pointer le bout de leurs pétales et c’était déjà magnifique. J’ai aussi été fasciné par la sculpture représentant une jeune femme accroupie cueillant une fleur. C’est la pièce que j’ai préféré, elle a été réalisée par Chapu en 1885 et s’appelle Proserpine. Le jardin est à la hauteur du château et abrite également de nombreux trésors et détails à découvrir.

DSC_1064DSC_0977DSC_1070DSC_1069DSC_1100DSC_1093DSC_1088DSC_1080

J‘ai longuement hésité avant de vous parler de cet endroit, si bien que les photos se sont oubliées sur mon ordinateur. Mais il représente un si joli trésor que finalement, je ne pouvais pas ne pas déposer quelque chose pour vous ici. J’espère avoir un peu réussi à vous faire voyager dans le temps avec moi.

Prenez soin de vous,

signature

DSC_1102

LRDVC #9: Un après midi au Palais de Tokyo

Cela faisait un moment déjà que nous projetions, avec mon amie Marine, de nous rendre au Palais de Tokyo le temps d’un après midi. Les occasions ne se présentaient pas et les expositions présentées ont failli nous glisser entre les doigts. C’était sans compter une absence impromptue d’une de nos professeurs, qui nous a permis de prendre une journée pour aller explorer cet endroit.

Rendez-vous à midi à la sortie de la station Iena, il pleuvait des cordes et le pic-nique que nous avions prévu est tombé à l’eau. Qu’à cela ne tienne, nous finissons dans un tout petit bistrot parisien dans une des rues adjacentes. Une fois notre ventre rempli, nous nous rendons tant bien que mal (merci le vent et la pluie) dans l’enceinte du musée. A peine un pied à l’intérieur et nous voilà déjà embarquées dans un univers à côté du monde. De drôles de canapés invitent les visiteurs à se reposer, au plafond volte un immense papier plastique dont nous ne comprendrons jamais le fonctionnement. A droite, un bistrot (un peu hors de prix) et la billetterie où j’achète mon pass pour la journée: 8 euros en tarif réduit  (10 euros sinon et c’est gratuit pour les personnes mineures).

palais tokyo 7

Une fois notre ticket en mains, nous nous dirigeons vers l’entrée des expositions. Au rez de chaussé nous déposons nos affaires dans un « vestiaire » (ce sont des casiers dont nous choisissons le code, je ne suis jamais sereine avec ce genre de procédés, allez savoir pourquoi). Nous décidons ensuite de nous lancer dans l’exposition Double JeElle a été réalisé d’après la nouvelle de Frank Thilliez, auteur que je ne connaissais pas du tout mais que j’ai désormais envie de découvrir. Plusieurs salle se suivent, chacune développe un univers et chaque détail compte. Nous suivons, au fil des salles, un rapport d’enquête et tout est parfaitement orchestré jusqu’à la découverte finale! De nombreux artistes ont collaborés pour cette performance scénographique, le spectateur en prend pleins les yeux. Je ne peux pas trop vous en dire, alors allez voir par vous même, vous avez jusqu’au 16 mai 2016. 

palais tokyo 3palais tokyo 4Palais tokyo 2Palais tokyo

Nous avons parcourus toutes les expositions, j’ai adoré les salles consacrées à Jean Michel Alberola, artiste français qui s’intéresse particulièrement aux détails. Son travail met en scène les réflexions de l’artiste sur la société, sur l’état du monde ou encore sur le temps et j’ai été transporté par sa vision des choses. Il y a de la peinture, de la sculpture, des tracts, des objets, des installations ou aussi des néons. Il y a des phrases et citations de films ou d’artistes, chacun comprend et interprète comme il veut. Certaines œuvres font sourire, comme par exemple, l’homme invisible (un tableau avec un point noir au centre, un nez de clown noir en plastique déposé sur une étagère juste à côté de la toile) et d’autres font réfléchir. Je pense que c’est la partie que j’ai préféré de tout le musée. (tout pareil, cette exposition est visible jusqu’au 16 mai!)

palais tokyo 16Palais Tokyo 11palais tokyo 15palais tokyo 14DSC_0814.JPG

J‘ai également adoré m’arrêter sur les œuvres présentées au sein même de « l’entre deux » du musée, venant habiller un mur, entre les salles d’expositions.

Par ailleurs, tout ne m’a pas touché, je n’ai pas tout compris. Le travail de Shana Moulton m’a d’abord fait sourire mais m’a très vite lassé. De même pour celui de Sara Favriau et Louidgi Beltrame. C’est les goûts et les couleurs comme on dit!

J’ai également pu découvrir le travail de Simon Evans et de Florian et Michael Quistrebert. Je manque de mot pour décrire ces deux univers très distincts. Evans présente des listes, des fragments de journal, des centaines de papiers collés les uns aux autres. Son travail est monumental et intime. Les frères Quistrebert poussent la peinture vers le gigantissime et la saturation. Ils jouent avec les textures, la lumière et les mouvements. C’est impressionnant à voir (mais vite rébarbatif)

palais tokyo 8palais tokyo 17DSC_0861.JPG

Si vous avez du temps, prenez le pour aller parcourir le Palais de Tokyo, il regorge d’un art unique qui éveil en chacun quelque chose de différent. J’ai adoré me perdre dans les allées de chaque expositions.

Je n’ai pas forcément tout aimé et j’avoue avoir un peu saturé sur la fin. Ce qui est dommage lorsqu’on est dans un musée, c’est que plus on voit d’œuvres, moins on les regarde. Le mieux serait donc de faire la visite en deux fois, mais cela signifie qu’il faudrait payer le double du prix.. C’est à vous de décider!!

J’ai tenter au mieux de partager avec vous mon expérience en essayant également de ne pas trop vous en dire. Le palais de Tokyo fait voyager toute personne qui s’y rend vers un art que chacun perçoit comme il l’entend.

J’espère vous avoir donner envie de tenter l’expérience!! N’hésitez pas à aller faire un tour sur le site officiel du Palais de Tokyo, vous y trouverez toutes les infos nécessaires et utiles pour votre visite.

Et toi, tu connais le palais de Tokyo? Tu as vu ces installations?

Passez une belle semaine!

signature

palais tokyo 6

LRDVC#8: Bettina Rheims

Les lèvres sont pulpeuses et les corps sont dénudés. Cette nudité est belle lorsqu’on la regarde au travers des yeux de Bettina Rheims, photographe Française, actuellement présentée à la maison européenne de la photographie dans une grande exposition qui lui est dédiée et qui retrace à merveille son travail.

Je ne connaissais pas du tout cette photographe avant qu’Arte ne lui dédie un documentaire et ne me donne envie de mieux connaître son travail. Mon amie Carla, dont je vous avais parlé ici, m’a proposé de profiter de cette occasion pour nous revoir en y allant ensemble, ce que nous avons fait, et ce petit morceau d’après midi était tout bonnement génial.

12788711_1029591527106784_1073498987_o

Je n’ai relever qu’un seul véritable point noir pour cette expo: il y avait plus de 45 minutes d’attente à l’entrée de la galerie et ce, en pleine semaine. Le reste est positif ou pas particulièrement négatif en soi. Cette exposition s’adresse à un public averti, à savoir qu’une petite partie est dédiée à des photos littéralement pornographiques. C’est ce que j’ai le moins aimé et c’est dans ces photos que j’ai trouvé le moins d’intérêt. A l’inverse les trois quart des photographies sont des nues plus ou moins subjectifs et  j’ai adoré cette proximité qui se crée entre spectateur et modèle, on sent qu’elles sont à l’aise avec la photographe, qu’elles n’essaient pas de paraître autrement qu’elles sont. Les sourires sont sublimes, les éclats de rire sont merveilleux. Les regards sont perçants mais pas malaisants. On a l’impression d’être avec un(e) ami(e) qu’on connaît depuis toujours. Il arrive également, au coin d’un couloir, de reconnaître un visage: Laeticia Casta, Madonna ou encore Marion Cotillard se croisent, plus ou moins habillées, mais toujours resplendissantes. Pas de chichi, ici le nu n’est pas retouché. Les visages, les corps sont représentés tels qu’ils sont avec leur petites imperfections, leurs marques indélébiles et c’est bel et bien ces imperfections qui rendent ces femmes si magnifiques et qui donnent une aussi grande valeur à cette exposition.

Comme vous l’aurez compris, j’ai adoré voguer au cœur du travail de Bettina Rheims et cette exposition m’a simplement donner encore plus envie de me pencher sur cette photographe. Je suis allée voir cette exposition sans grandes attentes et j’ai été agréablement surprise. Si l’envie vous prend à votre tour d’aller la voir, sachez que l’expo est visible jusqu’au 27 mars 2016 ( Vous noterez que je m’améliore, je vous parle d’expos que vous avez le temps d’aller parcourir hihi ). L’entrée est à 4,50 euros, tarif réduit ( 8 euros sinon ) et vous ouvre à toutes les expositions de la galerie. Si vous voulez plus d’infos, n’hésitez pas à aller sur leur site web, il est plutôt bien fait.

12822883_1029591703773433_489530489_o12784615_1029591343773469_906901468_n12788336_1029590800440190_1564869108_o12809934_1029590873773516_721142819_o12822858_1029590473773556_1350445951_o

Et toi, tu as entendu parlé de Bettina Rheims?

A très bientôt,

0000000000000000000000000000000000000000

12784342_1029591640440106_912177436_n

LRDVC #7: Wharol underground

Aujourd’hui était une journée spéciale et je ne pouvais que m’empresser de venir vous la raconter ici.  Je me suis levée tôt, pas pour aller en cours mais pour prêter mon dos à une amie de lycée qui est en école de photographie. Je vous parlerais de cette  expérience  dès que j’aurais récupéré les clichés ( Et croyez moi je trépigne d’impatience à l’idée de voir le résultat final)! A la suite de ça, j’ai passé un début d’après midi relativement basique étant donné que j’ai eu cours ( oui je vous assure qu’on a cours à la fac :)).

Alors qu’à 15 heure ma journée « scolaire » prenait fin, nous avons décidé de nous rendre à l’exposition Andy Warhol Underground qui est encore visible jusqu’au 7 février au musée d’art moderne. (Effectivement, il était temps!) J’ai l’impression d’être condamnée à voir les expos juste avant leur date finale.. Cela va changer n’ayez crainte!

Alors, cette fameuse exposition, qu’en ai je pensé?

IMG_0282

Pour tout vous avouer, j’ai un avis controversé vis à vis d’elle. Elle m’a parut très courte et arrangé de manière trop scolaire. J’aime à la folie le travail de Warhol parce qu’il recherche la simplicité, la multiplicité et qu’il veut toucher tout le monde. J’ai moins aimé la façon que l’expo a eu de retranscrire son travail. Aurait-il agencé cela de la sorte si ça avait été à lui de décider? J’ai également trouvé dommage que la plupart des « salles » nous interdisent de prendre des photos. L’œuvre de Warhol n’est elle pas faite pour être diffusée, multipliée?

J‘ai tout de même apprécié les vidéos que nous pouvions visionner aussi longtemps que nous en avions envie. J’ai aimé l’éternité qu’il donne aux visages au travers de ses métrages. J’ai aimé lire également les anecdotes qui étaient misent à notre disposition sur les murs et qui nous permettaient d’en apprendre plus sur sa manière de travailler, ainsi que les papiers peints pour le moins, originaux. Il y avait également une salle avec de grand ballons argentés qui erraient, voletants à leur guise dans toute la pièce. C’était ludique et cela contrastait avec les suites de tableaux et photographies photocopiées par dizaines que nous pouvions observer auparavant. La manière qu’a Warhol de considérer l’art est unique. Il possède son propre avis sur la chose et il nous le partage au travers de son travail.

IMG_0292IMG_0419IMG_0473IMG_0428IMG_0443

A la fin de l’exposition nous pouvions prendre une photographie imprimée avec le fameux effet du Pop Art, nous avons joué le jeu. Le résultat a été.. Surprenant! J’ai une tête énorme sur la photographie, ça a au moins eu le don de faire rire Marine. En sortant du musée, nous sommes arrivées dans une sorte de petite cour depuis laquelle nous pouvions apercevoir la dame de fer accompagnée par la fin du jour. Je n’avais jamais vu la tour Eiffel de si près. Elle m’a semblé irréelle et à l’heure ou je vous parle j’ai encore du mal à réaliser que je l’ai enfin vu en entière (enfin presque).

Aujourd’hui aura été comble de jolies choses, de moments agréables. J’aime vivre des journées animées qui me donnent des raisons de bien dormir la nuit, ce 3 février fait parti de celles-ci!

IMG_0463IMG_0467

Et toi, as-tu vu cette exposition? Que penses-tu du travail d’Andy Warhol?

Je vous souhaite une jolie fin de semaine,

0000000000000000000000000000000000000000

collage

 

Trois jours à Lille (+LRVC #6)

Il y a un peu moins de deux semaines, je partais à l’aventure. Direction  Lille pour rendre visite à deux amis qui étudient là bas. Ils m’ont merveilleusement bien accueilli et hébergé et je n’ai malheureusement pas pu profiter suffisamment d’eux car nous étions en semaine et je ne les voyais qu’à partir de la fin d’après midi. Ca n’empêche que j’ai passé un séjour tout bonnement génial, et je tenais à en partager une partie avec vous.

C‘était la toute première fois que je « m’offrais » à proprement parlé un voyage. J’ai profité de l’arrivée de mon premier salaire pour réserver mes billets de trains. Je pouvais me permettre d’être autonome au sein d’une ville que je ne connaissais pas. C’est une sensation grisante, croyez moi! Bon évidemment, je n’étais pas non plus lâchée en pleine nature sans aucune informations, mes deux amis m’ont beaucoup guidés et conseillés tout du long. En somme, ils m’ont expliqués tout ce que je devais savoir avant mon arrivée. Une fois là bas, j’étais comme chez moi.

Le mercredi midi, j’ai mis pour la seconde fois de ma vie les pieds à Lille. J’avais rendez-vous avec mon amie à 16h. Cela m’a donc laissé avec un plus de trois heures à tuer avant de la retrouver. A peine sortie du train, j’ai sauté dans le métro (après avoir au préalable acheté un ticket valable 72h à une borne) et suis descendue à république. – Soit dit en passant, le métro Lillois m’a semblé tout petit à côté de celui que j’ai l’habitude d’empreinter à Paris. – Il est difficile pour moi de vous décrire la joie qui m’a accaparée une fois que je suis arrivée sur la place, devant la grande fontaine, face au palais des beaux arts (où j’étais sur le point de me rendre suite aux conseils de mon amie). Il y avait le soleil, la douceur des températures, la fontaine qui m’a semblé magnifique. Ces trois éléments réunis sont venus marquer pour moi un point d’ancrage énorme. Je suis parvenue à organiser un voyage, à le financer par moi-même, et tout ça sans le moindre soucis. A cet instant, je goutais aux sentiments d’autosatisfaction et de liberté complète. Je me sentais bien et heureuse, tout simplement.

Après avoir prévenue ma maman de mon arrivée, je me suis directement dirigée vers le palais des beaux arts ou j’ai pu profiter de l’exposition « Joie de vivre » quelques jours avant sa date de clôture. Les trois heures je les ai passé au sein des allées de l’expositions. Elle abritait tableaux, sculptures et photographies et, accompagnée d’un audioguide, j’ai pu profiter presque pleinement de l’ambiance de chacune des œuvres. Je dis presque car il y avait malheureusement beaucoup de monde le jour de ma visite, cela a un peu entaché mon plaisir (je déteste la foule dans les musées). Le thème était parfaitement bien développé: l’amour, la joie, le repos, le rire, l’amitié, l’enfance et de nombreux autres sujets se confondaient au sein de petites boites d’espaces que nous, visiteurs, pouvions parcourir dans l’ordre souhaité. Chaque œuvre que j’ai rencontré m’a offert un peu de bonheur, c’est difficile de décrire un sentiment avec des mots mais je me sentais bien dans cet endroit et j’aurais pu y rester beaucoup plus longtemps s’il n’y avait pas eu tant de monde. Une fois sortie, je retrouvais mon amie à un arrêt de bus. Cela faisait si longtemps que nous prévoyions ce voyage que nous étions toutes deux complétement folle de joie à l’idée de le voir enfin devenir réalité. En toute fin d’après-midi, elle m’a amené à Rihour (quartier où il y a de nombreux restaurants et magasins, ainsi que la fameuse grande roue!). Là bas, nous nous sommes rendues chez un perceur/tatoueur pour qu’enfin elle puisse faire le piercing de ses rêves et que moi-même je puisse me faire percer l’oreille; plus précisément l‘hélix (Cela faisait deux ans que j’y réfléchissait, j’en parlais déjà ici)!! Je vous parlerais de ce piercing dans quelques temps (dès que j’aurais bien avancée dans la cicatrisation).

DSC_0064DSC_0053DSC_0005DSC_0043DSC_0052DSC_0050DSC_0060

J‘avoue ne pas avoir fait grand chose de ma matinée du jeudi: j’ai pris le métro et me suis baladée dans la rue piétonne. A midi je suis retournée à l’appartement pour manger avec mes amis. L’après midi, je me suis rendue au Tripostal, voir une exposition au titre aguicheur: « Renaissance ». Cette exposition a également prit fin peu après mon séjour. J’ai littéralement passé quatre heures entière dans ce bâtiment, l’exposition m’a transporté. Là bas, j’étais ailleurs. il n’y avait pas trop de monde, il y avait des dizaines de choses à voir, à entendre. Il y avait de tout, de la photo, des sculptures, des videos, des peintures, des mises en scènes, des enregistrements audio, des œuvres participatives. Cette exposition était immense et je l’ai adoré. J’aurais aimé la visiter une seconde fois tellement j’ai l’impression de ne pas avoir pu tout voir. De nombreuses cultures étaient représentées, de nombreux thèmes étaient abordés. Le bonheur se mêlait à la culture Asiatique. L’évolution d’un être se mélangeait à l’évolution naturelle. Il y avait de tout, pour ma plus grande joie. J’ai adorée me perdre dans les grandes allées de cette salle, je ne m’attendais à rien en me rendant là bas et j’ai été surprise par tout.

Le soir, j’ai retrouvé mes deux amis qui m’ont présentés à leurs amis de là bas. Après avoir mangé les meilleures pizzas de la ville (ce n’est pas moi qui l’ai dit!) nous sommes sortis dans Lille et il a neigé! C’était la première fois de cet hiver que je voyais la neige, c’était trop cool! La soirée en elle-même était géniale.

J‘ai passé mon vendredi à arpenter les rues de Lille, jusqu’à me perdre (heureusement que je suis tombée sur une navette qui m’a ramené dans le centre ville). J’ai adoré flâner dans les rues et il faut avouer que j’ai eu beaucoup de chance au niveau de la météo car j’ai très peu été confrontée à la pluie! A midi, je me suis arrêtée dans un restaurant rétro ou j’ai vraiment bien mangé. Je me la suis jouée à la Mia Wallace (cf Pulp Fiction) en commandant un milkshake en même temps que mon plat. Le milkshake Banane est à tomber par terre! L’après midi, je me suis rendue à Euralille avec mon amie mais je n’ai pas trouvé grand chose. Heureusement d’ailleurs car mon sac de voyage était déjà au bord de l’implosion!

Le samedi matin sonnait l’heure des aurevoirs, ce séjour m’a permis de découvrir Lille autrement. J’étais certes seule la journée, mais ça ne m’a jamais dérangée car j’avais mille choses à faire et à voir. De plus, j’ai pu profité de mes amis autant que je pouvais et chaque moment passé avec eux était parfait.  Cette ville est magnifique dans son architecture, les gens sont adorables et j’ai pu séjourner chez les deux personnes les plus géniales du monde. Je garderais ce séjour longtemps dans mon cœur, c’était important pour moi d’en laisser une trace ici.

DSC_0065DSC_0073CSC_0199DSC_0111DSC_0116DSC_0115DSC_0117DSC_0124DSC_0131DSC_0152DSC_0164DSC_0165

 De ce séjour, j’ai tout de même ramené quelques bricoles. J’ai découvert, grâce à mes copains, une boutiques nommée « Le comptoir des confitures » qui vend des confitures artisanales a tout, et elles sont excellentes! Il y a également une boutique à Paris et si l’occasion se présente je retournerais y faire un tour sans la moindre hésitation! L’exposition du Tripostal abritait une œuvre participative dans laquelle de nombreux artistes et Lillois présentaient le livre qui les rendait heureux, le livre qui a changé leur vie. Une passante a déposé son livre et a collé un post-it dessus nous expliquant pourquoi se livre change sa vie tous les jours. En sortant, je me suis rendue dans une petite libraire, et j’ai acheté ce fameux bouquin: L’attrape cœur. Finalement, à Euralille, je me suis dégotée un adorable ras de cou dans la boutique Six.

Et toi, as-tu déjà été à Lille? Raconte!

Cet article change de ce que j’ai l’habitude de produire mais je désirais à tout prix laisser une trace de mon séjour quelque part, pour pouvoir m’en souvenir. Quoi de mieux que tout écrire ici, pour partager en même temps avec vous ce que j’ai vécu? J’ai également tourné un court vlog pour compléter cet article, vous pouvez aller le voir ICI, si le cœur vous en dit!

Je vous laisse avec cette jolie vue des toits Lillois.

Des bisous enneigés,

0000000000000000000000000000000000000000

DSC_0068

LRVC #5: Coup de foudre au Louvre

Il y a pile une semaine, nous sommes allées au Louvre avec mon amie Marine ( la jeune fille que vous voyez de dos sur certaines photos ). Nous avons passé une après midi entière a longer les allées de ce musée emblématique. J’avais déjà eu l’occasion de m’y rendre auparavant, mais j’étais plus jeune et je voyais le monde différemment. J’étais encore dans cette période où l’on regarde l’Art avec des yeux un peu ennuyés, où l’on ne réalise pas le travail qu’il y a derrière une toute petite toile. Depuis que je suis des cours d’Image, mon approche de la peinture a changé: je me tiens tantôt proche du tableau pour percevoir détails et coups de pinceaux, tantôt loin pour aborder l’œuvre dans son ensemble. Je m’intéresse également au peintre et à sa technique ( en bref à un tas de détails que beaucoup omettent ).

Alors qu’il y a 5 ans je passais dans les allées en quelques minutes, maintenant je m’arrête, je prend le temps. Si bien que je pourrais passer une bonne heure dans une unique salle sans voir défiler une seule minute. Mais c’est aussi ça la magie du Louvre. Une fois entrée dans l’enceinte nous oublions le temps qui passe et le monde extérieur. Le passé y vit quotidiennement au travers du regard des gens. Cet espace temps n’a en réalité plus de limite grâce aux peintres et dessinateurs présents, reproduisant à la main les toiles peintes il y a de ça des siècles.

Louvre 8louvre 18Louvre 9

Plus encore que les peintures Françaises, je suis véritablement tomber en amour avec l’aile présentant au Public les sculptures antiques et contemporaines de la Renaissance. Elles dégagent une infinie douceur et chacune raconte une histoire à celui qui veut bien prendre le temps de la contempler.

Les statues qui personnalisent les saisons nous ont longuement arrêté, particulièrement « l’hiver« , sculptée par Pierre Ier Legros qui nous a perturbé pendant un moment, tous les détails de l’œuvre nous donnaient l’impression que l’objet nous observait. J’ai également beaucoup aimé « La nymphe au scorpion » realisée par Lorenzo Bartolini ainsi que « Psyché ranimée par le baisé de l’amour » par Antonio Canova (que je n’ai pas photographié). C’est dingue de se dire que ces objets si précis et minutieux ont été taillés à la main dans de la pierre ou du marbre. C’est incroyable d’imaginer le temps qu’il a fallu pour sculpter ne serait-ce qu’une main.

Le Louvre est un endroit qui m’a incroyablement inspiré et j’ai regretté sur place de n’avoir pas pris ni mon carnet de dessin, ni mon appareil photo. A savoir que l’entrée est gratuite pour les personnes âgées de moins de 26 ans sur simple présentation de votre carte d’identité (autant vous dire que je compte bien y retourner équipée!). Si j’avais un conseil à vous laisser, ce serait d’y aller vers 13h en pleine semaine (le monde arrive vers 14h30 et il est beaucoup moins important que le week-end).

louvre 15louvre 13LouvreLouvre 5louvre 16Louvre 7Louvre 2

Et toi, as-tu déjà été au Louvre? Qu’est-ce que tu préfères y voir?

J’espere que votre semaine se déroule au mieux, courage! C’est bientôt les vacances!!

Tendrement,

0000000000000000000000000000000000000000

louvre 20